Choisir son menu, enfin « leur » menu !

Comme je le racontais hier, ce week end nous sommes allées choisir le menu de notre mariage dans le restaurant du traiteur.
Nous avions la possibilité de venir avec deux personnes chacune, nous avons naturellement opté pour nos témoins, comme je l’évoquais hier.
Nous avions rendez vous à 13:30 à une heure et quart de chez nous, nous sommes arrivées à trois voitures, toutes affamées et pour certaines, encore un peu alcoolisées de leur soirée de la veille 😉
Le gérant nous attendait et nous a installées dans un coin. Il a été merveilleusement inspiré, car nous étions en forme…! Après 2 minutes à table, nous avons sorti les appareils-téléphones-portables-intelligents et nous sommes faites remarquer par les clients…
La dégustation se faisait sur la base de trois entrées, trois plats et trois desserts que nous avions présélectionné sur le menu. Chacune a été servie d’un des trois choix que nous avions établis et nous avons fait tourner les serviettes les assiettes. Du coup j’étais d’autant plus heureuse d’être avec des amies proches car sinon nous aurions eu plus de mal à tout goûter…
Après un apéritif et trois entrées partagées (4 en fait, le gérant voulait nous faire découvrir une entrée en plus !), quelle ne fut pas notre surprise de voir arriver 6 « trous normands » ou assimilés ! Pour être honnête, on les avait un peu oubliés ceux là… Mais en plus ils ont donné lieu à un grand débat argumenté par Wikipedia sur le moment auquel il convient de servir le trou normand ! Tout le monde y allant de son commentaire et sirotant allègrement son alcool… 😉
Après les trois plats et les desserts, après avoir goûté tous les vins proposés, nous étions prêtes à rouler sous la table ! Pourtant il fallait encore voter !
Bref, après 3 heures dans le restaurant, une ballade digestive était plus que nécessaire, et en bonnes pimbêches que nous sommes, nous avons fait les boutiques. Je vous le déconseille vivement : essayer un jean dans une cabine surchauffée après avoir picolé et tellement mangé que vous hésitez à essayer deux tailles au-dessus est une très mauvaise idée !!!
Enfin ce moment de convivialité en mode « princesse » a été super ! J’ai juste un regret : nous avons finalement pris conscience à cette occasion que nous cherchions un menu pour nos invites, pas pour nous ! Je sors donc de là avec un plat que je ne supporte pas mais qui devrait convenir à la majorité de mes convives 😉

20131021-084836.jpg

Un week end avec les témoins pour… Dire merci avant le rush :-)

Ils/elles ont dit oui eux/elles aussi. Oui pour devenir témoin, comprendre oui aux galères, aux nuits blanches de préparation, à la gestion de votre stress avant le mariage, le jour J, etc. Oui par amour ou amitié, oui par engagement et fidélité, oui pour rigoler et vous faire pleurer d’émotions. Bref, en vous mariant, vous les embarquez dans une galère sans nom qu’ils n’ont pas choisi, eux.
Alors nous avons décidé, pour leur dire merci avant la bataille, pour les faire se rencontrer, pour leur faire découvrir notre lieu en avant première… de venir choisir le menu de notre mariage avec nous ce week end !
Je reviendrai sur le menu à proprement parler, mais là je voudrais faire un focus sur les bienfaits d’un tel week end.
Outre le fait que l’on a beaucoup rigolé, énormément mangé, un peu pas mal picolé et (presque) pas dormi, on a aussi pu se lâcher, se vider la tête et commencer à partager nos envies avec nos témoins. En fait, jusque-là ce n’était pas très concret et le fait d’y être allées toutes les 6, ça a mis les choses plus au clair dans tous les esprits. Ajoutons à ça que tout le monde ne se connaissait pas et que ces deux petits jours ensemble ont (peut-être ?) permis d’éviter quelques malentendus par mail ?
Bref, nous avons passe un superbe week end, pas centre sur le mariage mais un peu quand même, et nous étions très heureuses et fières des personnes que nous avions choisies pour tenir ces rôles !
Big up pour nos témouines de choc 😉

20131021-082916.jpg

Site de mariage d’Alex

Bonjour !

Alex nous propose ce site de mariage pour vous aider dans vos préparatifs !

« Il y a aussi http://www.weedding.fr/ sur lequel je viens de m’inscrire. Tout nouveau tout beau, fait aussi bien pr les hétéros que les homos. Et quand bien même il resterai qques parties « le marié », on leur écrit et ils changent tout! C’est juste GENIAL! Et GRATUIT! Bref, je m’éclate depuis hier à organiser tout ça sur ce site! »

J’ai testé pour vous et la formule est la suivante : ils proposent de vous créer gratuitement pendant deux ans un site à votre image. Au premier formulaire, j’ai eu l’agréable plaisir de « tenir dans les cases » ainsi que ma future femme !

N’hésitez pas à y faire un tour 😉

Compte à rebour

3, 2, 1… C’est parti !
Certains le préparent en deux mois, d’autres en 24 mois, mais ce qui est certain c’est que le rétro planning est toujours indispensable !
Il permet de remettre en place les idées, de ne rien oublier et de se vider (autant que possible) l’esprit…
Alors qu’il soit en papier, en post it ou en fichier excel, qu’il soit sur votre réfrigérateur ou au bureau, votre calendrier est nécessaire.
Et vous, combien de temps avez vous consacré aux préparatifs ? Papier ou Pc ? 😉

Quel rôle pour les parents des marié-e-s gays et lesbiennes ?

Ahhhh ! Une nouvelle question métaphysique 😉

Nous, les homos, on n’aime pas trop parler de nos parents parce que les relations sont souvent un peu distendues… Il n’empêche que certain-e-s d’entre nous se marieront en présence de leurs parents et qu’il est indispensable de préparer la place et le rôle de ces derniers.

Les parents doivent-ils être impliqués dès le début même s’ils ne sont pas enchantés ou faut-il les préserver jusqu’au dernier moment ? Papa accompagnera t ‘il sa fille jusqu’au lieu de cérémonie, Maman ouvrira t elle le bal au bras de son fils ?

J’ai mon avis là-dessus (mais le vôtre m’intéresse toujours !) : d’après moi, et d’après mon expérience, un parent forcé est un parent braqué et promet une soirée agacée (ça, c’est pour la rime). Du coup, j’opterais d’avantage pour un parent mis dans la boucle dès le début, sans pour autant lui demander d’organiser les festivités (après il y a les parents qui sont juste trop contents qui vont vous envahir, comme pour le mariage de votre frère pourtant hétéro 😉 ). Ce peut être leur demander de dresser la liste des invités de la famille avec vous, histoire de ne froisser personne à commencer par eux, ou leur demander leur avis entre deux lieux qui vous plaisent, ou encore leur faire part de vos difficultés à trouver un traiteur bien, de nos jours c’est plus ce que c’était, blablabla. Des problèmes de couple qui va se marier quoi. Pas des problème d’homo qui va se marier. Ceux-là, il vaut mieux les garder pour soit, histoire de ne pas rappeler tous les mois à vos parents combien vous ne tenez pas dans les cases…!

Pour le jour J, on peut choisir de leur donner un rôle, ou pas. Ça dépend beaucoup de leur implication en amont. Soit ils ont un peu subit et ce n’est pas forcément l’idée du siècle de les mettre en lumière à un moment où ils préfèreraient clairement siffler leur coupe sans que personne ne les regarde, soit ils sont tout de même émus par ce grand jour et ils tiennent à être à vos côtés et qu’à cela ne tienne, banco !

Mais faire comme si on allait réussir à les gérer (enfin surtout à nous gérer nous même face à nos parents pas très à l’aise) sans rien anticiper ou préparer avec eux, c’est un peu compliqué. Disons que vous serez déjà drôlement ému-e-s ce jour-là, quelque soit la symbolique que vous accrochez au mariage, passer devant M/Mme le Maire ça fait toujours quelque chose, alors si en plus il faut gérer les émotions de voir les parents frustrés, ou fâchés, ou simplement émus, ça devient un peu dur à assumer !

Comment avez-vous fait pour les déjà marié-e-s ? Et pour les futurs, qu’avez-vous prévu ?

Livre « Mom and Mum are getting married »

Les deux mamans de Rosie vont se marier, et Ken Setterington nous raconte ça dans un livre pour enfants (en anglais) que vous trouverez sur Amazon pour 13$ !

C’est l’occasion de jeter un œil à d’autres livres jeunesse, toujours en anglais comme ceux de Lesléa Newman : Mommy, Mama and Me ou Daddy, Papa and Me en version gay 😉

livre anglais livre anglais 2