Côté divorce, ça se passe comment ?

Loin de moi l’idée de vous déprimer dès le lundi matin, mais je me suis aperçu, en discutant, que les modalités d’accès au divorce sont méconnues des nouveaux accédant.e.s au mariage que nous sommes 🙂
Par ailleurs, j’ai en mémoire plusieurs couples de parents m’expliquant leur opposition farouche au concept même de mariage et qui avaient décidé de se marier, d’adopter, puis de divorcer aussi vite que possible.
Un point très rapide sur le sujet, du coup :
Quand ? Dès que les deux parties le souhaitent (divorce par consentement mutuel). En effet, la loi de réforme du divorce du 26 mai 2004, en vigueur depuis le 1er janvier 2005, a abrogé le troisième délai de l’article 230 du Code civil, et par là même, l’obligation de respecter la durée minimale de mariage de 6 mois, avant de demander le divorce.
Faut-il absolument un avocat ? Oui : il en faut un pour chacun.e même si divorce « à l’amiable » chez le notaire
Procédure ? Elle n’est pas compliquée et a été simplifiée depuis 2005, mais je vous invite à jeter un oeil ici, ce sera plus efficace que de recopier le site 🙂
Le divorce se fête t il ?
Allez, je ne peux m’empêcher de vous copier ici l’article de ladepeche.fr qui m’a faite sourire (et qui pense à TOUT LE MONDE) 🙂 :

La «Divorce Party» : nouveau phénomène à la mode

Publié le 27/06/2013 à 10:42, Mis à jour le 27/06/2013 à 10:44

Insolite

Robe de mariée Mirella - ©http://www.secretbymirella.com
Robe de mariée Mirella ©http://www.secretbymirella.com

 

 

Depuis une dizaine d’années, le nombre de mariages est en constante baisse. Devancé par le PACS, ce dernier attire moins les couples. Jugé trop contraignant par de nombreuses personnes, il est aussi victime de ses échecs. En effet, près d’un mariage sur deux finit en divorce à l’heure actuelle. Ainsi, un nouveau phénomène est en train de voir le jour : la « Divorce Party ».  Par « Divorce Party », on peut entendre fêter son divorce. Le concept serait une sorte d’enterrement de vie maritale, sur le même principe que le traditionnel enterrement de vie de jeune fille ou de garçon avant de se dire oui. Véritable phénomène aux Etats-Unis, le concept fait progressivement son entrée dans les mœurs européennes.

Fêter son divorce entre amis voire avec…son désormais ex-conjoint

Des entreprises se sont même spécialisées dans l’organisation de ces événements d’un nouveau genre comme Poppin’s Avenue, une agence lyonnaise : « Cela consiste à organiser une fête où l’on invite ses amis à célébrer la fin de son mariage, sur le même principe qu’un enterrement de vie de jeune fille ou de garçon. Nous ne prônons pas le divorce, mais tout peut être matière à faire la fête » explique Marion Daul, l’une des créatrices.

Et cette dernière de se féliciter de proposer « aux néo-divorcés de fêter leur rupture entre amis, ou même avec leur ancien conjoint ! ».

Déchirer sa robe ou son costume de marié(e)

Si les plus sages optent pour une simple soirée entre amis histoire de se remonter le moral, d’autres au contraire, plus rancuniers, prennent un malin plaisir à déchirer leur robe ou leur costume de marié(e) afin de faire, pour de bon, le deuil de leur ancienne relation.

Une formule « Divorce pour tous »

Pour Poppin’s Avenue, qui propose désormais une formule « Divorce pour tous » histoire de rester dans l’air du temps, la « Divorce Party » est « une façon de prendre la séparation positivement et de repartir du bon pied et, pourquoi pas, de faire de nouvelles rencontres ».

Publicités

C’était il y a un an…

Il y a un an tout juste, je vous racontais l’une des plus folles journées de ma vie ici.

Un an plus tard, où en sommes-nous ?

Passée l’énorme gueule de bois (au sens propre et au sens figuré…) de cette journée historique, il a bien fallu se rendre compte des réalités : contrairement à ce que racontent en boucle les médias depuis quelques jours, la loi n’a pas révolutionné la vie de tous ces homosexuels…

Certes, les gays, lesbiennes, bi et trans qui le souhaitent peuvent se marier. Mais pas si l’un d’entre eux est étranger :

« Si les futurs époux sont de même sexe, ni l’un ni autre ne doivent être citoyens d’un des pays suivants : Algérie, Bosnie-Herzégovine, Cambodge, Kosovo, Laos, Maroc, Monténégro, Pologne, Serbie, Slovénie, Tunisie »(1)

Certes, les gays, lesbiennes, bi et trans qui le souhaitent, peuvent adopter un enfant à l’étranger. Mais seulement dans quelques pays du monde :

« Les personnes homosexuelles peuvent adopter en célibataire et, depuis la promulgation de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe (18 mai 2013), en tant que couple marié.

Cette loi permet désormais à un couple d’homosexuel-le-s d’adopter, à la condition que ceux-ci(celles-ci) soient marié(e)s, la loi n’autorisant pas l’adoption par plusieurs personnes « si ce n’est par deux époux » ( article 346 du Code civil). 
Pour les couples homosexuel(le)s, les conditions sont les mêmes que celles en vigueur pour tout couple marié : demande d’agrément commune, évaluation sociale et psychologique du couple, agrément délivré au nom des deux membres du couple, etc.

En revanche, il convient d’informer les personnes homosexuelles que certains OAA (organismes autorisés pour l’adoption) et la plupart des pays étrangers préfèrent des familles « traditionnelles » de peur que les enfants qu’ils confient, qui souffrent déjà de leur passé et qui ont des problèmes d’identité, ne parviennent pas à gérer sereinement cette particularité supplémentaire. Certains pays prohibent officiellement ou dans les faits l’adoption par des personnes homosexuelles. »(2)

Certes, les lesbiennes, gays, bi et trans qui le souhaitent, peuvent adopter leurs propres enfants. Mais pas si les parents sont séparés. En général, c’est ici que les gens ont plus de mal à suivre :

  1. Le seul moyen de filiation entre un parent et son enfant non biologique est l’adoption.
  2. Pour pouvoir adopter, il faut être marié.
  3. Un mariage blanc, aussi appelé mariage de complaisance, est un mariage contracté dans d’autres buts que la vie commune.(3) Un mariage entre deux personnes séparées en vue d’adopter leurs propres enfants, est donc un mariage blanc (illégal, quoi).

Certes, les lesbiennes qui le souhaitent, peuvent aller faire leurs enfants en Belgique ou en Espagne (mais ça elles le pouvaient avant la loi aussi, hein). Mais elles ne peuvent pas reconnaître ces enfants. En effet, la reconnaissance en Mairie (qui s’applique aux couples hétérosexuels non mariés) ne s’applique pas aux couples de femmes. L’idée est de garder le mythe de la « réalité biologique » (un homme sans spermatozoïdes + une femme ça peut faire des enfants, c’est bien connu !).

Certes, les lesbiennes qui le souhaitent, peuvent aller faire leurs enfants en Belgique ou en Espagne. Mais elles en peuvent pas bénéficier de la présomption de paternité (qui s’applique aux couples hétérosexuels mariés) :

La présomption de paternité est une présomption légale1 consistant en l’attribution à l’époux de la paternité des enfants mis au monde par sa conjointe en se dispensant d’examiner la question de la réalité biologique de cette filiation ; celle-ci restant présumée et contestable par une expertise biologique, hormis dans le cas d’une procréation médicalement assistée hétérologue (avec tiers donneur)2. Elle a été exprimée par le principe de droit romain Mater semper certa est ; pater is est quem nuptiæ demonstrant : « (L’identité de) la mère est toujours certaine ; le père est celui que le mariage désigne ». (4)

Bref, un an après le passage de la loi, je suis contente que cette loi soit passée, que certaines choses aient un peu bougé, mais je suis effondrée quand je regarde les disparités de traitement qu’il existe désormais entre les personnes LGBT et entre leurs enfants.

Le législateur doit impérativement se saisir de ces questions car d’ici là, tous les enfants ne sont pas protégés, les hétéros continuent de mentir à leurs enfants (sur l’utilisation d’une PMA pour leur venue au monde), les lesbiennes continuent de dépenser 1/3 de leurs revenus à l’étranger et de risquer leur santé en bravant les interdictions légales pour faire des enfants sur le territoire français.

En conclusion, non, Messieurs et Mesdames les journalistes, cette loi n’est pas suffisante, elle n’a pas changé toutes les vies et nous sommes encore en droits de demander l’Egalité, la vraie.

Image

(1) : source : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F930.xhtml
(2) : source : 
http://www.adoptionefa.org/index.php/questions-generales/qui-peut-adopter#p6
(3) : source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mariage_blanc
(
4) : source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Présomption_de_paternité

 

A nos parents : ne vous forcez pas, vous mentez si mal !

Nos chers parents ont parfois un peu de mal avec nos mariages (c’est un euphémisme, oui 😉 ).
Je ne parle pas plus des miens, que des tiens, que des siens, je parle de tous ces parents qui, sans forcément avoir battu le pavé contre les droits de leurs enfants, ont essayé de se faire à l’idée de leur fille chérie se mariant à une autre fille, et que quand même, l’air de rien, ça leur fait bizarre.
« Parce que tu comprends ma chérie, tu ne peux pas dire le contraire, ce n’est tout de même pas un mariage « comme les autres » ».
Certes.
Mais moi je voudrais vous dire, chers parents : ce mariage n’est pas celui que vous imaginiez, je l’entends, mais si l’on est un peu honnête, la seule personne digne de passer sa vie avec votre fille, c’est soit le père, soit le frère ! Alors non, ça non plus ce n’est pas possible (n’en déplaise à Christine). Aucune personne n’est digne de vous voler votre enfant, aucun gendre (non, on se calme, j’ai dit « gendre », pas « genre ») n’est parfait, aucune belle-fille ne sera jamais assez discrète pour vous laisser votre fils adoré, etc. Ce que je veux dire, c’est que le mariage dont vous rêviez pour nous n’existe pas. Alors pourquoi ne pas essayer de se contenter d’un mariage qui nous fasse rêver, nous ?
Je conçois également que deux femmes en robes (ou en pantalon, ou deux hommes en robes ou l’un de chaque ou, bref), ce soit un peu décalé par rapport à ce que vous imaginiez. Mais si ça l’est tellement, essayez de vous mettre à nos places : voir dans vos yeux cet étonnement, cette surprise (pour ne pas dire « rejet » ou « dégout » car c’est parfois le cas), entendre dans vos mots l' »anormalité » de la chose, sentir dans vos gestes la retenue que vous inflige ce mariage… C’est parfois dur pour nous aussi.
Vous nous imaginez si fort.e.s parce que nous nous sommes opposé.e.s à vous pour vous imposer notre amour, mais vous oubliez que nous sommes souvent si fragiles dedans… et quand bien même nous serions forts à l’intérieur aussi, imaginez le nombre de fêlures que nous apportent les mois et les années de débats, de lutte, d’affirmation de soi, de « regards », de « gestes », de « mots » ?
Alors je voudrais vous passer un message à vous et à tous ceux qui doutent : ce jour-là, ne doutez plus s’il vous plaît : ne venez pas !
Ma fiancée dit toujours « en cas de doute, s’abstenir » et je dois dire que, pour une fois, je la rejoins : si vous n’êtes pas sereins, si vous n’osez pas, si vous avez des craintes, épargnez votre enfant ce jour-là et contentez vous de lui dire que vous êtes là pour lui/elle. Votre présence angoissée ou malheureuse ne fera pas de ce jour le jour joyeux qu’il est censé être pour les marié.e.s.

Et si vous tenez vraiment à être là, pour lui, pour elle, pensez à vous parer de votre masque de bonne humeur car ne nous leurons pas, chers parents, en matière d’enfants, vous mentez si mal !

Texte de discours aux marié.e.s

Hello !

Voici quelques idées pour vos rédactions de textes pour votre mariage. Le premier lot concerne les discours des officiants, ou des proches :

1. Une proposition de texte sortie de ma tête, puisque la plupart des discours sont payants sur le web :

« Chèr.e.s ami.e.s, vous avez décidé de vous marier aujourd’hui, et ce mariage, plus que beaucoup d’autres, est extrêmement symbolique.

Vous avez décidé de vous marier, parce que vous en avez enfin le droit. Vous vous êtes battu.e.s pour cela, et je suis fièr.e de m’être battu.e à vos côté, vous avez milité nuit et jour, vous vous êtes impliqué.e.s bien au-delà de ce qui semblait raisonnable à certain.e.s. Mais comment rester « raisonnable » face à la radicalisation d’un débat qui n’en finissait pas ? La seule chose raisonnable que vous ayez faite, c’est finalement de continuer à vous battre, quoi qu’il en coûte et quoi qu’en disent les rabats-joie !

Car c’est de joie dont je veux vous parler aujourd’hui. La joie qui inonde nos visages en voyant l’amour qui resplendit dans vos sourires, dans vos regards complices, dans vos rires. La joie que votre amour vous inspire, nous inspire, la joie de passer cette journée à vos côtés, la joie de sentir cette fierté aussi.

La joie c’est l’amour, et cet amour que vous partagez depuis X années, c’est un bel exemple pour tous, sans jeu de mot 😉 C’est l’exemple d’une simplicité heureuse, l’exemple d’une force spectaculaire, qui vous a aidé.e.s à dépasser les conflits, les angoisses, les incompréhensions. Mariage deux deux hommes, de deux femmes, mariage de deux êtres avant tout qui se sont trouvés et qui nous ont généreusement associé.e.s à leur bonheur.

Pour cette simple beauté, pour votre amour, pour votre joie, pour ce bonheur et pour vos combats, je vous souhaite de tout coeur un mariage à votre image, comme vous l’avez imaginé depuis si longtemps, finalement. Et je suis fière d’être votre ami.e, plus encore aujourd’hui que jamais, mais certainement moins que demain. »

Je tiens à préciser que j’ai écrit ce texte en pensant à deux amis qui vont bientôt se marier et que je leur dédicace. A mes folles préférés 😉

2. un lien vers un texte gratuit que j’ai recopié ci-dessous : http://www.textes-voeux.com/felicitations-mariage-homosexuel.php

« Discours pour deux mariés (2 hommes) ou deux mariées (2 femmes)

Quel beau jour celui qui voit s’unir deux cœurs qui s’aiment !
Quel beau jour celui qui est plus fort que les préjugés et les intolérances.
L’union de deux personnes de même sexe n’est point un problème quand la force des sentiments exprime la sincérité de la relation.
Et pourtant, nous avons du nous battre pour que le mariage pour tous devienne une réalité.
Pour que toutes les personnes homosexuelles aient les mêmes droits que les couples hétérosexuels. De manifs pour l’égalité des droits au vote de la Loi autorisant les amours différents à s’unir, il en a fallu de la patience.
Mais aujourd’hui, la justice s’est invitée aux pays d’Eros ! Aujourd’hui lemariage entre deux hommes ou entre de 2 femmes est possible ! Alors aimons-nous les uns les autres sans nous poser de questions.

Jeunes mariés (jeune mariées) laissez-moi vous présenter mes vœux de bonheur et vous féliciter pour votre union qui devient officielle aujourd’hui. Ce jour où vous vous mariez met beaucoup de joie dans les cœurs de vos amis et des membres de votre famille.
Soyez heureux, soyez beaux et respectueux l’un de l’autre ! Aimez-vous chaque jour comme si c’était le dernier jour à vivre ! Aimez-vous pour l’éternité !

Quand 2 hommes ou 2 femmes s’aiment le regard jugeant des autres ne compte pas. L’amour est plus fort que tout. Alors soyez forts ensemble ! Soyez forts l’un pour l’autre. Réconfortez-vous, soutenez-vous ! Montrez à la société et à vous-même que l’union de deux personnes homosexuelles n’est point un problème mais que c’est le refus de la différence sexuelle qui est problématique, le refus de l’égalité des droits, droits aux sentiments, droit au mariage pour tous, droits à la reconnaissance officielle d’une union.

Lesbiennes et homosexuels sont nos frères en humanité. Peu importe l’orientation sexuelle des personnes c’est la sincérité des sentiments qui compte.
Un mariage lesbien ou homosexuel est l’officialisation d’une union entre deux personnes comme les autres, ni plus ni moins.
Alors mes chers amis (chères amies) vivez votre histoire de couple sans vous poser trop de questions.

Encore félicitations aux deux mariées (deux mariés s’il s’agit d’un mariage entre 2 hommes).
Que ce discours de félicitations vous accompagne et vous encourage à vivre votre vie de couple dans la joie, la simplicité et l’entraide mutuelle !

Que la fête commence… »

N’hésitez pas à partager ici vos idées de textes, entiers ou partiels, afin de lutter contre la commercialisation des mots qui, je dois le dire, me semble tout à fait inappropriée dans ce contexte !

56043-mariage-gay-france-usa,bWF4LTY1NXgw

Choisir son photographe… de mariage !

J’en arrive parfois à me demander si je sortirai un jour de cette galère…

Trouver un photographe, a priori, ça semble simple. Ce n’est tout de même pas compliqué de prendre des photos quoi. Oui mais en fait, si. E fait, ce ne sont pas « des photos » que vous voulez, mais « ZE » photos, d’une part, et d’autre part, tous les photographes ne font pas du tout les mêmes photos.

Mes amis photographes vont se moquer de tant de naïveté, mais je vous assure, je suis presque sûre que je ne suis pas à la seule à ne pas maîtriser suffisamment les subtilités du petit objectif pour tout piger.

Je précise tout de même ici que tous les photographes ne sont pas à même de faire des photos de mariage. En effet, photographier des paysages ou des gens en vacances n’est pas la même chose que photographier des marié.e.s, les faire poser (ou pas), surprendre des moments de complicité, identifier tel ou tel objet de déco qui sera chouette à inclure dans la composition, etc. Bref, on ne s’improvise pas photographe de mariage.

Donc d’abord, il faut un budget. Oui parce que sinon, vous allez vous retrouver comme moi à rêver alors qu’en fait, non, toujours pas. Donc il y a de tout (on oublie tout de suite tonton Robert qui sera bourré dès 19h30 et qui est capable d’oublier le cache sur l’objectif…) à tous les prix. Je vous suggère de budgéter 500€ minimum.

Ensuite, il faut savoir ce que vous voulez (préparatifs ? Mairie ? Cérémonie ? Vin d’honneur ? Couple et groupes ? Soirée ? Pièce montée ? une séance en amont du mariage pour vous familiariser avec l’objectif ?). Autant vous dire que plus il y en a, plus c’est cher… Donc c’est important parce que ça dimensionne un peu la prestation.

Ensuite, il faut savoir ce que vous attendez comme « livrables » : un livre photos (avec combien de photos ou de pages ?), un DVD avec toutes les photos (ou seulement 100 ou 150 ?), un film ? un powerpoint ? un accès sur une galerie privée pour vos invités pendant deux mois ?

N’oubliez pas les éventuels frais de déplacement (tous n’en prennent pas, mais quand ils en prennent c’est environ 0,5€ par km).

Pour la partie « gay friendly », je n’y reviendrai pas plus, mais il est évident qu’il faut en parler avant avec le photographe, pour s’assurer qu’il est bien à l’aise avec votre configuration de couple, histoire de ne pas tomber sur quelqu’un qui vous fera faire des poses « H/H » identiques à celles des couples « H/F » si vous n’y tenez pas (je vois déjà la scène d’ici « qui porte qui pour passer la porte ? »…).

Enfin, sachez que les auto entrepreneurs sont exonérés de TVA, contrairement aux autres statuts, attention donc aux devis « HT »…

Pour conclure, j’ajouterais que, selon moi, il faut surtout quelqu’un avec qui vous avez un bon feeling, quelqu’un que vous accepterez d’avoir sur votre dos toute la journée, quelqu’un pour qui vous vous sentez à l’aise de poser… sinon vos photos seront moches, aussi doué.e soit-il/elle !

mariage montpellier

Animation de mariages avec DJ : les pièges à éviter !

Voici un article proposé par Florian KECK, DJ à Chalon sur Saône. Il vous livre ici ses précieux conseils pour ne pas vous tromper dans le choix de votre DJ !
Vous trouverez ses coordonnées en bas de l’article.

animation-de-mariage

Animation de mariages avec DJ : les pièges à éviter !

Afin de mettre toutes les chances de votre côté pour la réussite de votre soirée de mariage, vous avez conscience qu’il est nécessaire d’opter pour une véritable animation DJ. J’entends par « véritable », l’intervention d’un pro.
Pour vous accompagner dans vos démarches et vos recherches de prestataires, j’ai pris soin de lister dans cet article les pièges à éviter pour ne pas avoir de mauvaises surprises le jour du mariage.

– Piège N°1 – Ne pas faire appel à un DJ déclaré.

Commençons par la chose la plus importante selon moi. Faire appel aux services d’un DJ non déclaré pourrait vous apporter de nombreux ennuis. Outre le fait que le travail dissimulé est puni par la loi, un DJ non déclaré ne sera pas en mesure de s’engager auprès de vous avec un contrat de prestation, obligatoire pour la réservation de ses services. En conséquence, seul son engagement moral fera foi. Que pensez-vous que votre DJ fera s’il trouve une occupation financièrement mieux récompensée le même jour que votre mariage ? Voilà pourquoi il est indispensable de s’orienter vers un DJ professionnel titulaire d’un statut juridique. Avant d’engager votre DJ, vous prendrez soin de vérifier son numéro de Siret sur Internet.

– Piège N°2 – Choisir un débutant.

Ensuite, je vous recommande de choisir un DJ expérimenté et spécialisé dans l’animation de mariage. Je ne le répèterais certainement jamais assez, DJ de mariage est un métier ! Il ne suffit pas de savoir enchaîner techniquement deux sons pour prétendre à être un bon DJ de mariage. Les nombreuses expériences d’un prestataire spécialisé feront de lui un véritable maître de cérémonie lors de votre repas de mariage. Son rôle est d’établir le schéma de votre soirée en intégrant les interventions de chacun et les éventuels jeux de mariage qu’il aura pris soin de vous suggérer avant l’événement. Attention, votre DJ n’est pas là pour choisir à votre place.

– Piège N°3 – Payer moins de 500€ pour la prestation d’un DJ.

Un DJ professionnel qui vit de l’animation de mariage à temps plein ne sera pas en mesure de vous proposer une prestation de qualité à un tarif inférieur à 500€. Prenez conscience que sa communication, l’entretien de la régie son, son enrichissement musical, son perfectionnement aux techniques de DJing, ect… lui coûtent cher. Seul un amateur ou une personne qui choisirait de proposer ses services en animation de mariage en seconde activité pour arrondir ses fins de mois pourrait appliquer des tarifs aussi bas. Je suis conscient que tout le monde n’est pas en mesure de s’offrir les services d’un DJ rigoureux cependant mon rôle est de vous avertir en traitant ce sujet.

– Piège N°4 – Opter pour un animateur trop bavard.

Ce qui va suivre me fait d’ailleurs penser à un article que j’ai récemment lu sur un célèbre magazine de mariage sur le web. Certes, tout le monde ne partage pas le même avis sur l’animation micro d’un DJ. Mais croyez-moi, un DJ animateur doit savoir rester à sa place. Votre DJ doit comprendre que vous organisez votre mariage et non une Tong Party dans un camping au bord du littoral. Il devra d’une certaine manière faire preuve de discrétion et éviter de trop en faire. Si vous choisissez tout de même un personnage bavard, interdisez lui au moins les « -Chi-Ca Chi-Ca Chic’ » – « Aïe ! Aïe ! Aïe ! ». En 2014, la tendance est réservée aux DJ discrets.

– Piège N°5 – Ne pas vérifier le matériel du DJ.

Comme la majorité des clients d’un DJ, vous n’y connaissez certainement pas grand-chose en sonorisation événementielle. Seulement, vous devrez interroger votre prestataire sur le matériel qu’il convient d’engager pour votre événement. Sans avoir à vous expliquer comment fonctionne le circuit électrique d’une enceinte active amplifiée, votre Disc-Jockey devra être en mesure de vous présenter en image le matériel qu’il utilise en prestations. Une rampe de jeux de lumières modernes contribuera vivement à l’ambiance de la soirée dansante. Si l’un de vos proches s’y connait un peu, demandez-lui son avis, ça ne coûte rien. L’utilisation de micros sans fil est un gros plus qui permettra à chacun de s’exprimer s’il le souhaite.

– Piège N°6 – Ne pas définir vos attentes avec le Disc-Jockey.

Pour finir, l’animateur que vous choisirez ne devra en aucun cas choisir à votre place l’ambiance générale de votre soirée de mariage. Son rôle est de vous orienter en vous apportant des conseils mais les décisions, c’est vous qui les prendrez ! Après avoir longuement réfléchi sur les points clés de votre événement (musique, animation, timing, …), vous lui imposerez la conduire à tenir pour réaliser une prestation en accord avec vos propres idées. Rien ne vaut un mariage personnalisé !

En conclusion, je vous conseille de vous orienter vers un DJ professionnel, expérimenté, rigoureux, discret, spécialisé dans l’animation de mariage, utilisant du bon matériel et à votre écoute. Bonne recherche !

Animateur-DJ de mariage à Chalon-sur-Saône

Installé au sud de la Bourgogne, je suis un professionnel qui propose des animations pour mariages avec DJ à Chalon-sur-Saône. Je vous garantirai une prestation de qualité et millimétrée.

Je mettrai un point d’honneur à respecter toutes les conditions de cet article. Je ne me permettrai pas de vous faire ces quelques recommandations si ce n’était pas pour les suivre scrupuleusement à la lettre.

Force est de constater qu’une prestation d’animation pour un mariage doit se préparer minutieusement avec les futurs mariés avant le D-DAY, je vous proposerai de vous rencontrer à plusieurs reprises.

Pour visualiser mon site internet, veuillez suivre ce lien : http://www.dj-macon.fr/sono/dj-chalon-sur-saone-animation-mariage/

Mots d’enfants

Quand sa mère a dit à ma nièce, A., 4 ans, qu’elle allait être notre demoiselle d’honneur, A. a d’abord tenu à vérifier quelque chose :

« – A., tu vas être la demoiselle d’honneur au mariage de Tata F et Tata M, tu es contente ?

– Elles vont se marier pour de vrai ? (NDLR : A. nous avait vues en déguisements de mariées à la télé le jour du passage de la loi et n’avait pas bien compris le vrai du faux de l’histoire)

– Oui.

– Ah ça veut dire qu’elles ont toutes les deux trouvé leur Prince ? »

😉

Avec patience, Maman a redonné le contexte, les enjeux, tout ça, et A. était tout à fait ravie de porter une robe de Princesse à notre mariage… de Princesses !

disney-princess-kissing