Choisir son photographe… de mariage !

J’en arrive parfois à me demander si je sortirai un jour de cette galère…

Trouver un photographe, a priori, ça semble simple. Ce n’est tout de même pas compliqué de prendre des photos quoi. Oui mais en fait, si. E fait, ce ne sont pas « des photos » que vous voulez, mais « ZE » photos, d’une part, et d’autre part, tous les photographes ne font pas du tout les mêmes photos.

Mes amis photographes vont se moquer de tant de naïveté, mais je vous assure, je suis presque sûre que je ne suis pas à la seule à ne pas maîtriser suffisamment les subtilités du petit objectif pour tout piger.

Je précise tout de même ici que tous les photographes ne sont pas à même de faire des photos de mariage. En effet, photographier des paysages ou des gens en vacances n’est pas la même chose que photographier des marié.e.s, les faire poser (ou pas), surprendre des moments de complicité, identifier tel ou tel objet de déco qui sera chouette à inclure dans la composition, etc. Bref, on ne s’improvise pas photographe de mariage.

Donc d’abord, il faut un budget. Oui parce que sinon, vous allez vous retrouver comme moi à rêver alors qu’en fait, non, toujours pas. Donc il y a de tout (on oublie tout de suite tonton Robert qui sera bourré dès 19h30 et qui est capable d’oublier le cache sur l’objectif…) à tous les prix. Je vous suggère de budgéter 500€ minimum.

Ensuite, il faut savoir ce que vous voulez (préparatifs ? Mairie ? Cérémonie ? Vin d’honneur ? Couple et groupes ? Soirée ? Pièce montée ? une séance en amont du mariage pour vous familiariser avec l’objectif ?). Autant vous dire que plus il y en a, plus c’est cher… Donc c’est important parce que ça dimensionne un peu la prestation.

Ensuite, il faut savoir ce que vous attendez comme « livrables » : un livre photos (avec combien de photos ou de pages ?), un DVD avec toutes les photos (ou seulement 100 ou 150 ?), un film ? un powerpoint ? un accès sur une galerie privée pour vos invités pendant deux mois ?

N’oubliez pas les éventuels frais de déplacement (tous n’en prennent pas, mais quand ils en prennent c’est environ 0,5€ par km).

Pour la partie « gay friendly », je n’y reviendrai pas plus, mais il est évident qu’il faut en parler avant avec le photographe, pour s’assurer qu’il est bien à l’aise avec votre configuration de couple, histoire de ne pas tomber sur quelqu’un qui vous fera faire des poses « H/H » identiques à celles des couples « H/F » si vous n’y tenez pas (je vois déjà la scène d’ici « qui porte qui pour passer la porte ? »…).

Enfin, sachez que les auto entrepreneurs sont exonérés de TVA, contrairement aux autres statuts, attention donc aux devis « HT »…

Pour conclure, j’ajouterais que, selon moi, il faut surtout quelqu’un avec qui vous avez un bon feeling, quelqu’un que vous accepterez d’avoir sur votre dos toute la journée, quelqu’un pour qui vous vous sentez à l’aise de poser… sinon vos photos seront moches, aussi doué.e soit-il/elle !

mariage montpellier

Publicités

Notre faire-part entre classe et militantisme…

Je vous en parlais ici, la création de cet élément assez indispensable à la bonne tenue du mariage a été un peu (c’est un euphémisme) complexe…

Heureusement, nous avons finit par aboutir et nous sommes très fière de vous présenter notre bébé 😉

L’idée était de faire « mariage », de faire « classe », « élégant » et « militant ». La somme étant assez confusante, on a inventé ce faire-part, qui nous plait beaucoup !

IMG_3732

IMG_3733

IMG_3734

Nous avons réalisé la maquette sur power point, créé notre logo de petites bonnes femmes, créé un coupon réponse à timbré et prêt-à-poster…

L’impression m’inquiétait beaucoup, et finalement, en plein mois d’août, nous avons tout fait imprimer chez un imprimeur de notre ville. Pour une centaine de faire-part et cartons réponse, nous en avons eu pour 100€ environ, ce que je trouvais franchement raisonnable au regard de ce qui était proposé dans le commerce.

Le tampon a coûté un peu plus cher en revanche, mais j’avais eu un vrai coup de coeur 😉 et l’encre a été galère à trouver, j’ai fini au fin fond de l’Île de France mais c’est bon !

Nous avons découpé les codes de connexion à notre site web, puis nous avons inséré tout ce beau monde dans des enveloppes blanches sur lesquelles nous avons appliqué des gros tampons :

IMG_3705IMG_3706

Pour le choix des timbres, entre les timbres personnalisés qui coûtent un bras ou des timbres Marianne by O. Ciappa, on a opté pour le timbre militant 😉

Voilà, vous savez tout ! En espérant que ça pourra vous donner des idées ?

 

Blessure intime

Préparer un mariage, c’est aussi accepter de faire face à ses douleurs personnelles, à ses plaies que tout le monde ne voit pas, à cette blessure intime. C’est accepter que ceux qui vous sont proches vous heurtent, souvent sans le vouloir, par un jugement un peu rapide ou un peu trop ferme, par un regard moqueur ou simplement étonné.

Préparer un mariage « gay », c’est ça, puissance douze. C’est le regard des autres sur votre couple pas banal, c’est le jugement de celle-ci sur une robe, « mais tu détestes ça! », c’est la moquerie lorsque vous préparez votre cérémonie pas à l’Eglise.

Non, je n’irai pas à l’Eglise, mais souviens toi que c’est uniquement parce qu’elle ne veut pas de moi. Souviens toi de ma foi, de mes espoirs dans cette église, de mon respect pour la religion, de mon amour de ce Dieu qui ne m’a pas lâchée, lui. Ce n’est pas pour vous envoyer à a face ma différence, mais juste parce que cette Maison de tolérance m’a fermé sa porte, à moi et à tous ces autres qui ne sont pas tout à fait comme les hommes qui pensent la religion croient que Dieu veut.

Car oui, ce sont des hommes qui m’empêchent d’aller me marier à l’Eglise. Ce sont des hommes qui croient, comme toi, comme moi. Mais ce n’est pas moi. Ce n’est pas mon choix.

Et si je veux construire ma cérémonie sur un format qui t’interpelle car il ressemble un peu trop à celui de l’Eglise sans en être un, c’est aussi parce que ma spiritualité ne s’est jamais arrêtée à leur rejet.

Mais je croyais que tu savais tout ça. Je croyais que tu ne rouvrirais pas cette blessure intime, cette souffrance dont je ne parle plus jamais depuis ce billet il y a des années.

Alors ce soir, je saigne, parce que la plaie me lance encore et que le sel que tu y as déposé me brûle.

Panique à J-173

Sur notre nouveau-super-trop-beau site de mariage, il y a un décompte. C’est une énorme connerie les décomptes. Pardonnez-moi le mot, mais je le pèse en l’écrivant !

C’est une option, je pourrais donc tout à fait l’enlever, mais comme beaucoup de Bridezilla, j’aime me faire du mal…

Du coup je panique. C’est ce qui m’a conduite à taper 243 lignes sur un fichier excel de trucs à faire. J’ai fini par céder au beau tableau avec qui-fait-quoi-pour-quand-avec-qui-et-comment et j’ai un peu honte, mais depuis, ça va mieux 😉

Ca va mieux aussi parce que j’ai appelé mes wonder témouines à la rescousse et qu’elles m’ont dit « OK on arrive » dès qu’elles ont compris l’état de stress… En fait, ce mariage, je ne veux pas le gérer de A à Z. Alors je demande à mes frères de prendre en charge des trucs, à mes témoins d’ne prendre d’autres en charge, etc. l’idée, bien entendu, est qu’il ne me reste plusq ‘uà gérer les trucs du genre « tenue », « coiffure », maquillage », « manucure », « massage pour être détendue » et autres réjouissances (niark niark niark 😉 ).

Bref, même quand on s’est déjà marié une fois, avec la même personne, que l’on sait déjà ce que l’on aime et ce que l’on déteste, que tout est déjà quasi bouclé depuis l’été dernier (salle, traiteur, dj, mairie…), et ben on a quand même le droit de stresser un peu de temps en temps 🙂

mariee colere

Petit site web pour notre mariage

On a décidé de faire un site web sur le site « petit-mariage-entre-amis » qui est drôlement chouette (sauf qu’on ne peut pas rattacher d’enfants aux invités hors famille mais bon c’est pas grave, ça se contourne easy). Il y a même tout pour mettre deux messieurs et deux Dames, alors moi ça me plaît bien.

On s’est pas mal pris la tête sur le site. Le design autonmatique nous allait bien, mais rentrer les invités un par un c’est un peu fastidieux. A la fin, on reçoit des identifiants pour chaque invité (ben oui, j’ai pas très envie que mon mariage soit le lieu de rencontre du camping-en-pique-niquant-et-en-priant-et-en-faisant-de-la-rando-pour-tous-mais-en-fait-pas-vraiment-pour-tous de l’été prochain, alors je me protège (un peu)). Petits papiers de la taille d’une carte de visite, au nom de chaque invité, leur permettant d’accéder au fameux site.

Mais après la prise de tête c’est drôlement pratique : pas de plan à envoyer, il est en ligne, pas besoin de lister dix fois à Tata Odette le nom des hôtels du coin, ils sont indiqués, pas de besoin de coordonner le co-voiturage de vos amis parisiens-sans-permis-sans-voiture mais qui ne peuvent décemment pas prendre le train et marcher 25 minutes en robe de mariage, tout ça se fait directement sur le site !

Comme je suis ravie, je vous invite à jeter un oeil à ce site. moi j’en avais visité plein avant mais ils avaient du mal à comprendre que nos deux prénoms soient féminins, et moi je n’aime pas bien quand on met une moustache à ma fiancée.

logo_blog_mariage

L’enfer du faire-part ?

Il me reste 6 mois avant the D-DAY… Autant dire que vous allez commencer à suivre les préparatifs au jour le jour !

Alors nous en sommes à l’envoi des faire-part. La liste des invités est faite (3 niveaux : invités Mairie + dîner ; personnes que l’on aimerait inviter mais ça dépend de qui vient dans la liste A ; invités à la Mairie uniquement). L’air de rien, ça nous permet de nous limiter (au nombre de chaises pour dîner par exemple) parce que sinon on arrivait vite à 300 personnes. Ben quoi, c’est pas de ma faute, j’aime plein de gens 😉

Etape 2, la collecte des adresses postales. Ca marche aussi pour les adresses mails si vous avez opté pour un faire-part web. En tous cas, dans les deux options, c’est un moment fastidieux, un peu pénible de devoir courir après vos futurs invités pour leur demander leur adresse exacte… Mais un fichier excel bien ficelé comme celui dont nous parlions ici peut vraiment aider !

Troisième étape, trouver les enveloppes qui vont bien (ce qui nous a, en l’occurrence, valu un petit dépannage express dans un parking de centre commercial parce que « siiii je veux aller les acheter tout de suite maintenant !!!! »). C’est encore assez facile. Ensuite il va falloir enchaîner la décoration des enveloppes (que ce soit vous un un site web qui vous les fasse, il convient de définir ce que vous voulez…), le remplissage des zones d’adresses (et Dieu inventa le publipostage. Ou « pas ». Nous « pas », donc on a tout écrit à la mano), le verso des enveloppes (fichtre, c’est quoi mon adresse à moi déjà ?), le remplissage des enveloppes (tu as pensé à glisser le carton réponse ???)…

Au moment du remplissage des enveloppes, mille questions hyper importantes du genre :

  • Est-ce qu’on met un plan ?
  • Les gens vont-ils comprendre dans quel ordre on lit le faire-part ?
  • On fait un site de notre mariage ? Chouette, mais pensez à glisser les identifiants de vos invités et/ou l’adresse du dit site web…

Bref, on s’amuse comme des petits fous 🙂

Enfin, n’oubliez pas de préciser la date de réponse attendue (nous, on avait évidemment oublié, il a fallu ressortir tous les cartons… Heureusement, j’avais bien réfléchi avant à NE SURTOUT PAS fermer les enveloppes avant d’avoir tout vérifié trois fois !!)…

Ah et aussi, si vous comptez poster vos faire-parts, il faut des timbres (NOOOOON ? Rigolez : le soir où, à 23h, tout sera fini mais qu’il vous manquera des timbres, vous ferez moins les mariolles…!). Je vous suggère également de trier les courriers : courriers dans la région, ailleurs en France, à l’étranger (Oui, au fait, pour l’étranger, ce n’est pas forcément le même timbre…). L’histoire des tas c’est pour aller plus vite à la Poste, mais bon, moi je dis ça, je dis rien… 😉

Le-nouveau-timbre-Marianne-devoile_reference

Invitations salon du mariage Paris

Le salon du mariage se tient les 1er et 2 février à Paris (Porte de Versailles).
Comme je n’aime pas perdre mon temps, j’ai demandé aux organisateurs si les mariages pour les gens amoureux qui voulaient se dire OUI en portant deux robes ou deux costards (ou autres, bref, vous m’avez comprise), seraient représentés.
Voici sa réponse :

« Bonjour Xx,

Notre salon comporte de fait une dimension « mariage pour tous » puisqu’il est dédié à tous ceux qui se marient sans distinction d’orientation sexuelle.

Chez Marions Nous nous pensons qu’un mariage gay est surtout un mariage gai, et les couples homosexuels ne s’y sont pas trompés en nous faisant l’honneur de leur venue lors de notre session de septembre sous la Grande Arche de La Défense.

Merci du relais que vous voudrez bien faire de ce salon.

Bien à vous,
Xx ».

Bon alors comme je suis de bonne composition, et même si je n’aime pas franchement la façon « so commercial » dont il répond, je vais aller faire un tout là-bas le we du 1er/2 février ! Si vous voulez y venir, pensez à vous faire inviter ici !

salon-mariage-paris-fevrier