Mariage en petit comité

Me revoilà pour vous raconter la suite… Nous nous sommes donc mariées fin juin dans le gîte, comme je vous l’annonçais dans mon précédent billet. Nous avons légèrement dépassé notre budget car nous pouvions finalement nous le permettre mais voici … Lire la suite

C’était il y a un an…

Il y a un an tout juste, je vous racontais l’une des plus folles journées de ma vie ici.

Un an plus tard, où en sommes-nous ?

Passée l’énorme gueule de bois (au sens propre et au sens figuré…) de cette journée historique, il a bien fallu se rendre compte des réalités : contrairement à ce que racontent en boucle les médias depuis quelques jours, la loi n’a pas révolutionné la vie de tous ces homosexuels…

Certes, les gays, lesbiennes, bi et trans qui le souhaitent peuvent se marier. Mais pas si l’un d’entre eux est étranger :

« Si les futurs époux sont de même sexe, ni l’un ni autre ne doivent être citoyens d’un des pays suivants : Algérie, Bosnie-Herzégovine, Cambodge, Kosovo, Laos, Maroc, Monténégro, Pologne, Serbie, Slovénie, Tunisie »(1)

Certes, les gays, lesbiennes, bi et trans qui le souhaitent, peuvent adopter un enfant à l’étranger. Mais seulement dans quelques pays du monde :

« Les personnes homosexuelles peuvent adopter en célibataire et, depuis la promulgation de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe (18 mai 2013), en tant que couple marié.

Cette loi permet désormais à un couple d’homosexuel-le-s d’adopter, à la condition que ceux-ci(celles-ci) soient marié(e)s, la loi n’autorisant pas l’adoption par plusieurs personnes « si ce n’est par deux époux » ( article 346 du Code civil). 
Pour les couples homosexuel(le)s, les conditions sont les mêmes que celles en vigueur pour tout couple marié : demande d’agrément commune, évaluation sociale et psychologique du couple, agrément délivré au nom des deux membres du couple, etc.

En revanche, il convient d’informer les personnes homosexuelles que certains OAA (organismes autorisés pour l’adoption) et la plupart des pays étrangers préfèrent des familles « traditionnelles » de peur que les enfants qu’ils confient, qui souffrent déjà de leur passé et qui ont des problèmes d’identité, ne parviennent pas à gérer sereinement cette particularité supplémentaire. Certains pays prohibent officiellement ou dans les faits l’adoption par des personnes homosexuelles. »(2)

Certes, les lesbiennes, gays, bi et trans qui le souhaitent, peuvent adopter leurs propres enfants. Mais pas si les parents sont séparés. En général, c’est ici que les gens ont plus de mal à suivre :

  1. Le seul moyen de filiation entre un parent et son enfant non biologique est l’adoption.
  2. Pour pouvoir adopter, il faut être marié.
  3. Un mariage blanc, aussi appelé mariage de complaisance, est un mariage contracté dans d’autres buts que la vie commune.(3) Un mariage entre deux personnes séparées en vue d’adopter leurs propres enfants, est donc un mariage blanc (illégal, quoi).

Certes, les lesbiennes qui le souhaitent, peuvent aller faire leurs enfants en Belgique ou en Espagne (mais ça elles le pouvaient avant la loi aussi, hein). Mais elles ne peuvent pas reconnaître ces enfants. En effet, la reconnaissance en Mairie (qui s’applique aux couples hétérosexuels non mariés) ne s’applique pas aux couples de femmes. L’idée est de garder le mythe de la « réalité biologique » (un homme sans spermatozoïdes + une femme ça peut faire des enfants, c’est bien connu !).

Certes, les lesbiennes qui le souhaitent, peuvent aller faire leurs enfants en Belgique ou en Espagne. Mais elles en peuvent pas bénéficier de la présomption de paternité (qui s’applique aux couples hétérosexuels mariés) :

La présomption de paternité est une présomption légale1 consistant en l’attribution à l’époux de la paternité des enfants mis au monde par sa conjointe en se dispensant d’examiner la question de la réalité biologique de cette filiation ; celle-ci restant présumée et contestable par une expertise biologique, hormis dans le cas d’une procréation médicalement assistée hétérologue (avec tiers donneur)2. Elle a été exprimée par le principe de droit romain Mater semper certa est ; pater is est quem nuptiæ demonstrant : « (L’identité de) la mère est toujours certaine ; le père est celui que le mariage désigne ». (4)

Bref, un an après le passage de la loi, je suis contente que cette loi soit passée, que certaines choses aient un peu bougé, mais je suis effondrée quand je regarde les disparités de traitement qu’il existe désormais entre les personnes LGBT et entre leurs enfants.

Le législateur doit impérativement se saisir de ces questions car d’ici là, tous les enfants ne sont pas protégés, les hétéros continuent de mentir à leurs enfants (sur l’utilisation d’une PMA pour leur venue au monde), les lesbiennes continuent de dépenser 1/3 de leurs revenus à l’étranger et de risquer leur santé en bravant les interdictions légales pour faire des enfants sur le territoire français.

En conclusion, non, Messieurs et Mesdames les journalistes, cette loi n’est pas suffisante, elle n’a pas changé toutes les vies et nous sommes encore en droits de demander l’Egalité, la vraie.

Image

(1) : source : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F930.xhtml
(2) : source : 
http://www.adoptionefa.org/index.php/questions-generales/qui-peut-adopter#p6
(3) : source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mariage_blanc
(
4) : source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Présomption_de_paternité

 

Notre faire-part entre classe et militantisme…

Je vous en parlais ici, la création de cet élément assez indispensable à la bonne tenue du mariage a été un peu (c’est un euphémisme) complexe…

Heureusement, nous avons finit par aboutir et nous sommes très fière de vous présenter notre bébé 😉

L’idée était de faire « mariage », de faire « classe », « élégant » et « militant ». La somme étant assez confusante, on a inventé ce faire-part, qui nous plait beaucoup !

IMG_3732

IMG_3733

IMG_3734

Nous avons réalisé la maquette sur power point, créé notre logo de petites bonnes femmes, créé un coupon réponse à timbré et prêt-à-poster…

L’impression m’inquiétait beaucoup, et finalement, en plein mois d’août, nous avons tout fait imprimer chez un imprimeur de notre ville. Pour une centaine de faire-part et cartons réponse, nous en avons eu pour 100€ environ, ce que je trouvais franchement raisonnable au regard de ce qui était proposé dans le commerce.

Le tampon a coûté un peu plus cher en revanche, mais j’avais eu un vrai coup de coeur 😉 et l’encre a été galère à trouver, j’ai fini au fin fond de l’Île de France mais c’est bon !

Nous avons découpé les codes de connexion à notre site web, puis nous avons inséré tout ce beau monde dans des enveloppes blanches sur lesquelles nous avons appliqué des gros tampons :

IMG_3705IMG_3706

Pour le choix des timbres, entre les timbres personnalisés qui coûtent un bras ou des timbres Marianne by O. Ciappa, on a opté pour le timbre militant 😉

Voilà, vous savez tout ! En espérant que ça pourra vous donner des idées ?

 

Cérémonie laïque : concrètement, on fait comment ?

Je viens de découvrir le site les laiciennes que je trouve drôlement bien fichu, qui met en avant plein de conseils et qui dispose d’un forum !

ceremonie-laique-2-laurent-zabulon

Je retranscris ici leur page « questions fréquentes » pour vous donner un aperçu :

« Je vous entends d’ici cependant : c’est bien joli tout ça, mais comment on fait ????

Voici quelques questions parmi les plus fréquentes que j’ai pu rencontrer et quelques réponses :

– Qui officie ? Qui vous voulez, un ami, un parent, un capitaine de navire, le Maire (si celui-ci est d’accord pour que la cérémonie d’engagement vienne se greffer à la cérémonie civile), vous si vous préférez être ceux qui accueillent et officient. Et si on trouve personne ? si on ne veut pas faire appel à un proche ? Libre à vous de faire appel à un officiant extêrieur à votre cercle familial ou amical, un officiant professionnel.

– Quel est le rôle de l’officiant ? Celui que vous voudrez lui donner. Il vous marie ou il fait le lien entre les personnes qui vont se succéder pour vous adresser un texte. Il présente la cérémonie, l’accompagne…Il peut aussi vous accompagner tout au long de la création de votre cérémonie, vous aider dans votre réflexion sur l’engagement que vous allez prendre…

-Où puis-je faire ma cérémonie ? Où vous voulez….où vous pouvez. A la mairie si le Maire est d’accord, dans la salle du vin d’honneur, dans le parc du château de votre réception, dans le jardin de vos parents, au sommet d’une montagne, dans votre salon…. Le plus souvent, on va choisir un lieu qui a une signification pour les mariés.

– Comment on fait ? qu’est-ce qu’on dit ? C’est votre cérémonie, à vous de la construire, de dire les mots que vous avez envie de dire à vos proches, à votre conjoint. Inspirez vous de textes et poèmes ou créez-les de toutes pièces. Vous pouvez vous inspirer des exemples de ce site, et chercher aussi dans le livre de Florence Servan-Schreiber. Soyez inventif et uniques

– Que vont penser les autres ? Ah ! la crainte du qu’en dira-t-on ! la plupart du temps, les gens réagissent bien à ce qui est nouveau. De plus, ce genre de cérémonie est très personnalisée, donc à votre image. Votre famille est déçue parce que vous ne respectez pas la tradition du mariage religieux ? expliquez clairement votre position, ce que représentent pour vous le mariage et cette cérémonie. Vous serez surpris de constater les réactions de votre entourage, avant, pendant et surtout après. Le mariage religieux est un acte de foi. Si cela ne vous correspond pas, à quoi bon jouer la comédie et les hypocrites ? Faire plaisir à la famille, c’est bien ; se faire plaisir, c’est mieux. Ce jour-là, c’est VOTRE journée, elle dit vous ressembler et pas être une épreuve. N’hésitez plus et affirmez vous !
Enfin, moins on en dit, mieux on se porte. On n’évitera pas les réflexions, les arguments négatifs et bien souvent, on se sentira décourager….ne baissez pas les bras ! ne dites que l’essentiel, concentrez vous sur votre cérémonie et vous verrez, le jour J, tout le monde sera ému, touché, surpris et gardera à vie un souvenir inaltérable de ce moment si spécial, tellement à votre image !

– Comment l’annoncer à mes proches ? Depuis 2004 j’ai souvent eu cette question. La réponse est très simple : moins on en dit, mieux on se porte. Je ne suis pas en train de vous dire de faire cela en cachette, non. Mais mon expérience m’a démontré s’il en était besoin, que ce que qui est nouveau fait peur. Alors, afin d’éviter des remarques désobligeantes, parfois blessantes, des critiques, ou même des crises de nerfs, il vaut mieux parfois ne pas trop en dire. Le jour J, tous vos invités seront sous le charme, je vous le garanti ! Ceci dit, c’est en fonction de votre entourage familial bien sur. Certains réagissent mieux que d’autres. A vous de tester la température et de voir ce que vous pouvez ou pas dire. Dire simplement que vous faites une cérémonie civile améliorée peut parfois être une bonne solution. Certains préfèrent le terme de cérémonie d’engagement. Dans tous les cas, ne vous inquiétez pas, je vous le répète, le jour J, émotion, plaisir et agréable surprise seront au rendez-vous.

-Puis-je choisir des textes religieux ? Pourquoi pas ? certains textes ont magnifiques ! Le Cantique des Cantique est un merveilleux poème d’amour. Faire ce genre de cérémonie ne veut pas signifier pour autant être contre la religion. Si vous avez envie de prier, qui vous en empêche ? Vous pouvez très bien être croyant mais ne pas vous reconnaître dans les rites du mariage religieux. Je le répète, c’est VOTRE cérémonie, votre mariage… »

Figurines pièce montée DIY

Hier, avec ma copine Delphine, nous sommes allées chez Truffo dans une ville qui n’a que le nom de joli : Plaisir !

Au début, j’y allais juste pour récupérer de l’encre arc-en-ciel, mais finalement, je me suis éclatée à fureter dans tous les recoins. Ce Truffo est particulièrement grand et a un rayon « loisirs créatifs » de malade !

Alors je vous ai débusqué cette idée (qui m’a bien plu) :figurines diy

Là l’exemple est hétéro mais il est très simple de créer deux femmes ou deux hommes. En fait, ce qu’ils ont fait, c’est qu’ils ont utilisé des figurines (en papier épais) qu’ils ont collé sur des bougies type « anniversaire » fines et blanches qui passent donc inaperçu et peuvent se planter dans le gâteau !

Il y a plusieurs sortes de mariées vendues seules, ou de couples pour lesquels il faut en acheter deux pour avoir deux messieurs identiques. Et oui, c’est pour les filles les loisirs créatifs, je suis désolée Messieurs 😉

Pour acheter tout cela, vous pouvez vous rendre ici (cliquez sur les images) :

artwork-xl-mariage-98092-1 stickers-3d-costume-de-marie-et-accessoires-97964-1 stickers-3d-robe-de-mariee-et-accessoires-97960-1stickers-3d-robe-de-mariee-et-alliances-97973-1

Un Photobooth militant pour un mariage engagé !

Vous connaissez peut-être le principe du Photobooth ? Il s’agit tout simplement de réserver un coin dans votre salle de mariage pour que les invités (et les marié-e-s !) puissent se faire prendre en photo avec toutes sortes d’accessoires parfois très farfelus…

Il y a en général un grand cadre vide de fond qui permet aux personnes de s’y glisser avec leurs déguisements ou accessoires (ex : moustaches, perruques, etc.).

Mais vous pouvez aussi agrémenter cela d’un côté un peu militant et décalé :

  • Ajouter une photo en taille réelle de Christiane Taubira pour poser avec elle,
  • Utiliser des écharpes tricolores pour symboliser le passage à la mairie,
  • Jouer sur les couleurs de l’arc-en-ciel dans vos accessoires,
  • Glisser une ou deux pancartes de manif dans votre cadre,
  • Imprimer un carton « Merci pour EUX / ELLES » que vos invités pourront utiliser,
  • Utiliser une imprimante instantanée et glisser vos photos dans des enveloppes pré-timbrées à adresser au Gouvernement (ex : « ça, y est, c’est fait : à quand la filiation ? » 😉 ),
  • etc.

Bref, il y a un milliard de choses à faire autour du Photobooth et le gros avantage est qu’il vous assure de chouettes photos décalées à glisser dans votre boîte à souvenirs !

mariage-bride-and-groom-photobooth1 photo booth idea 2 mexican-023-3 photobooth 15