Mariage gay : tradition ou révolution ?

Vous envisagez de vous marier, la date est peut être même arrêtée mais vous n’arrivez pas à vous projeter : mariage traditionnel ou mariage décalé ? Avec famille et amis ou avec les bons copains seulement ? Pas de vraie fête cette fois-ci, vous fêterez l’adoption des enfants ? Autant de possibilités qui vous font tourner la tête…
Car il faut bien le dire, nous, ce qu’on voulait, c’était le droit de se marier, ou pas ! Là on se retrouve obligés de se marier pour avoir le droit d’adopter nos propres enfants… Du coup la fête de l’amour, le côté romantique… Tout ça on l’a usé au moment de notre pacs et là ça fait un peu réchauffé !! Vous vivez ensemble depuis cinq, dix, vingt, trente ans alors le mariage… Comment dire…?
C’est à la fois la fierté d’être le même couple que les voisins aux yeux de la république, à la fois le besoin d’établir une filiation avec nos enfants, à la fois l’occasion de fêter le passage d’un cap difficile pour la démocratie française…
Du coup, comment faire ?
Une part de vous rêve peut-être d’un mariage en robes/costumes, avec confettis, grains de riz et dragées, tandis qu’une autre part vous souffle à l’oreille : « on ne va quand même pas faire comme tous ces mariages guindés et un peu beauf dont on se moque depuis tant d’années ??? »…
Certains autour de nous ont opté pour un mariage en deux temps : à la mairie, pour la forme, entre marié(e)s et témoins, puis grosse fête avec cérémonie laïque pour fêter ça, mais pas le même jour. D’autres s’orientent vers une fête plus classique mais ceux-là n’ont pas de scrupule : toute leur famille les a soutenus pendant les débats et ils se savent bien entourés. Un troisième couple envisage une fête avec les potes, uniquement. Juste avec ceux qui ont été présents pendant les débats. Parce qu’il ne faut pas se leurrer, le silence de nos proches n’a fait plaisir à personne et il est douloureux d’inviter à son mariage des personnes qui n’en comprennent pas le sens symbolique.
Certains, enfin, choisissent de sa marier en toute discrétion, envisageant plutôt une fête pour l’adoption de leurs enfants.
Nous, nous n’avons pas encore trouvé la formule qui nous ressemble le plus, du coup, nous avons encore besoin d’échanger avec nos amis pour réussir à définir ce que nous voulons. Mais ce mariage ne ressemblera certainement à aucun autre : quoique l’on fasse, il aura le goût de la victoire, un parfum d’égalité et d’amour enfin reconnu par notre pays…

20130505-120251.jpg

Publicités